Vous êtes ici :

Lundi 20 Février 2017

ombre

Ça laisse des traces

Une séquelle est une lésion qui persiste après la guérison d’une maladie ou d’une blessure. Ce mot est également utilisé lorsque l’on parle d’une conséquence plus ou moins lointaine qui est le contrecoup d’un événement, d’une situation. Et l’auteur ougandais naturalisé néerlandais Moses Isegawa, avait déclaré que « les séquelles d’une guerre sont plus graves que les guerres elles-mêmes ». Le nouvel an est sans doute la période à laquelle on se remémore le plus l’année passée, où l’on fait le bilan. Et de ce fait, celle qui ravive les souvenirs, bons comme mauvais, comme la perte d’un être cher ou la naissance d’un espoir, la concrétisation d’un projet ou tout autre évènement qui nous aura marqués durant l’année. 5 jours après le nouvel an proprement dit, l’euphorie de la fête est partie et l’on fait petit à petit un retour vers la réalité. La réalité malgache est, elle, loin d’être clémente mais malheureusement on ne peut y échapper. Comme les quelques heures de délestage auxquelles on a tous eu droit durant le compte à rebours du nouvel an. L’année passée n’a pas non plus été tendre pour la nation, une année de plus marquée par les désillusions et les promesses non tenues du régime. Bref, ça a laissé des traces.

L’annonce de la tenue de la cérémonie de présentation des vœux du président de la République à la fin de cette semaine n’a pas facilité le retour à la réalité des Malgaches. En effet, les 1 400 invités qui seront attendus à cette cérémonie sont loin de faciliter la digestion de l’année 2016 pour les 92% de Malgaches qui vivent dans la pauvreté depuis 3 ou, peut-être, dans bientôt 4, Premiers ministre. Pour ces 1 400 convives en effet, il semblerait que l’addition se monte à plus de 70 millions d’Ariary pour le peuple qui, pourtant, ne mangera même pas un petit pain à Iavoloha vendredi. Des dépenses, depuis l’avènement de ce régime, décriées par la population comme tout simplement inutiles. D’autant plus que les tenants du pouvoir appellent les citoyens à s’unir à leurs efforts et à contribuer au développement de la Grande île. Or, le fait est que ce sont surtout et en premier les tenants du pouvoir qui ne font aucun effort ne serait-ce que pour limiter les dépenses étatiques et épargner donc les poches des contribuables. D’un autre côté, le motif d’un développement prochain de Madagascar ne cesse d’être invoqué et évoqué à chaque discours des barons du régime. Par exemple pour traiter l’opposition et ses actions d’entrave au développement, ou encore afin de récolter des applaudissements dans des régions reculées de l’île qui se retrouvent pourtant, avant et après le discours, seules faces aux dahalo. Impossible que cela ne laisse pas de trace.

Un tout autre fait, qui aura marqué l’histoire de cette cérémonie de présentation de vœux, aura été cette parure de la première dame actuelle lors de la cérémonie de l’an dernier. Une dépense hors des 70 millions d’Ariary pour l’organisation du repas, encore pour laquelle le pouvoir devrait, cette fois-ci, prévoir une explication claire et concise. Au risque de remettre sur le tapis l’histoire de cette robe à 20 millions d’Ariary qui aura fait le buzz sur la toile. Ce serait là une goutte d’eau de trop pour la population qui aura cette fois du mal à accepter un tel écart de conduite. On parle d’écart de conduite du fait qu’il serait assez mal vu dans une famille que les parents se parent de diamants et de rubis alors que les enfants, eux, n’ont rien aux pieds et encore le ventre vide. « Les séquelles d’une guerre sont plus graves que les guerres elles-mêmes » disions-nous plus haut. On n’imagine donc pas ce que pourrait causer à ce régime mais surtout à ce pays une frasque de trop de la part des dirigeants. Malgré l’impopularité des tenants du pouvoir en effet, les manières et actions de ces derniers pourraient affecter le pays tout entier. Tout ce qui a été fait ou le sera par ce régime marquera l’histoire du pays et l’orientera d’une manière ou d’une autre. Reste à voir si ces derniers ont appris des leçons de leurs erreurs passées. Jusqu’ici, ça laisse des traces, et surtout des cicatrices.

Ny Aina Rahaga

image

Be tetika fa kely lalana

Iza avy no efa nandeha tamin’ilay fiarabe vaovao mahazaka olona 49 ? Raha ny tokony ho izy mantsy dia efa niasa nanomboka tamin’ny fotoana nampisehoana azy ireny fitaovam-pitaterana ireny. Toy

Lire la suite

image

Aux grands maux…

Bon nombre d’entre nous veulent faire ces choses qui font que le visage du pays change. Ces initiatives que l’on pourrait acclamer et applaudir tant elles auraient eu des impacts

Lire la suite

image

Antsirabe - Lehilahy maty nilatsahan’ny andrin-jiro

Nandravarava ny rivotra sy ny rotsak’orana tao Antsirabe. Andrin-jiro efa mitondra herinaratra manana tanjaka hatrany amin’ny 20 000W no nianjera. Vokany, olona iray no maty nianjeran’ny iray tamin’ireo fitaovan’ny Jirama ireo

Lire la suite

ombre