Vous êtes ici :

Mardi 24 Janvier 2017

ombre

Ankazobe – Suspicion d’impartialité de la Justice !

Un couple légalement marié depuis sept ans, habitant le fokontany de Miantso, sis à 75km de la capitale, dans la commune rurale d’Ankazobe, a eu un fils qui est aujourd’hui âgé de 6 ans. Mais après  cinq ans de vie commune, la femme aurait décidé de quitter son mari pour un autre homme et il semblerait qu’aucune aucune procédure de divorce n’ait encore été entamée. Au moi de décembre de l’année dernière, cette mère de famille aurait décidé de soudainement réapparaitre dans le village, prétextant que son fils lui manquait. Compréhensifn les grands-parents de l’enfant auraient accepté la demande de leur bru de passer une journée avec son fils. Mais malheureusement, elle aurait emmené son garçon, qu’elle a quitté sans remord pendant un an, avec elle, et n’est jamais revenue. Les jours se succédèrent et aucune trace ni de la maman, ni du petit. Craignant que cette dernière n’ait kidnappé ce petit garçon, son père légitime et les membres de sa famille auraient décidé de porter plainte auprès du poste avancé de la gendarmerie de Miantso. La plainte aurait bien été reçue par les gendarmes et l’enquête était en marche. Une semaine plus tard, le père du petit garçon kidnappé par sa propre mère serait revenu auprès des autorités mais ces celles-ci n’avaient malheureusement pas de nouvelle, ni bonne ni mauvaise. Et cela a duré plusieurs jours.

Coup du sort ou corruption
Coup du sort ou pas, le 15 décembre, ce père de famille aurait reçu une convocation provenant des gendarmes, le sommant de se présenter ce jour même à la brigade d’Ankazobe. La convocation aurait été émise le 12 décembre mais vu l’enclavement du fokontany de Miantso, le document ne lui serait parvenu que le 15 du mois. Ne comprenant pas le pourquoi de cette convocation, le père de famille de 35ans se serait d’abord rendu au Poste avancé de Miantso, mais les responsables lui auraient ordonné de se présenter à la brigade de Fihaonana. A leur tour, les agents sur place l’auraient envoyé au poste de la gendarmerie d’Ankazobe pour finalement finir devant le parquet de cette même ville. Sans document de préavis, lui et sa compagne actuelle, une femme originaire de Tsaramasoandro et travaillant pour l’entreprise Lecofruit, auraient été déférés au parquet et auraient comparu pour adultère. Une situation des plus incompréhensibles étant donné qu’au début, il avait porté plainte auprès des gendarmes pour l’enlèvement de son fils par sa femme et maintenant c’est cette même femme qui le traine en justice pour adultère. Il est vrai qu’aux yeux de la loi, cet homme est coupable étant donné qu’il est encore le mari légal et, par conséquent, il est tenu de respecter le vœu de fidélité. Mais en même temps, son épouse est partie pendant un an avec un autre homme. Quoi qu’il en soit, le verdict est tombé. Le père de famille et sa compagne ont été placés en mandant de dépôt en attente du jugement qui aura lieu le 16 janvier. La famille de ce dernier crie à l’injustice et soupçonne l’existence de corruption au sein de ce tribunal. Selon quelques informations, le Bianco enquête déjà sur des cas similaires dans ce même établissement.

Recceuillis par N.R

image

Mirehitra ny firenena

Mahamay ara-bakiteny ny raharaham-pirenena sy ny fiainam-bahoaka raha ny zava-nitranga tamin’iny herinandro iny no jerena. Lasibatry ny haintany ny afovoan-tany ary efa nahiana ny tsy fisian’ny rano fisotro. May ny

Lire la suite

image

C’est TOI qui décide !!!

L’essence même d’un régime politique réside dans sa faculté de prendre des décisions qui seraient bénéfiques avant tout pour un peuple, celui qui l’a porté au pouvoir. Il est à

Lire la suite

image

Antohomadinika – 67ha - Jiolahy manafika mpivaro-boanjo sy mpivarotra enta-madinika !

Faritra anisan’ny azo atao hoe mena amin’ny tsy fandriam-pahalemana ny eny amin’iny Antohomadinika sy ny manodidina azy iny, manomboka eny amin’i 67ha  mipaka hatrany Andavamamba. Na amin’ny alina mantsy na

Lire la suite

ombre