Vous êtes ici :

Vendredi 14 Décembre 2018

ombre

L’arroseur arrosé

Tous nous avons entendu au moins une fois cette expression « quatrième pouvoir », désignant la presse et les médias. Par extension, le « quatrième pouvoir » regroupe tous les moyens de communication qui peuvent servir de contre-pouvoir face aux trois pouvoirs incarnant l’Etat à savoir, le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire. Ce concept de « quatrième pouvoir » tend à opposer une société publique incarnée par l’Etat à la société civile, ce qui est discutable du fait de leur interdépendance. Le fait est qu’il existe indéniablement entre les médias et la politique un rapport étroit. Il n’y a pas de vie politique sans opinion publique et pas d’opinion publique sans communication. En démocratie, il y a forcément médiatisation et ce phénomène n’est pas nouveau. Quoi que contrairement aux trois autres pouvoirs, la presse n’est pas une institution. Elle figure pourtant dans la constitution française  et apparait également dans l’article onze de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui dit « tout citoyen peut parler écrire et imprimer librement ». Toutes ces informations poussent à s’interroger sur la véritable nature du pouvoir de la presse. »

Ainsi donc, la presse est appelée à jouer le rôle important de garde-fou du pouvoir, malgré l’existence ou non de la société civile qui elle est conçue comme un contre-pouvoir. La Presse et particulièrement la presse écrite est un pouvoir indispensable dans une démocratie. Car alors que la télévision et, dans une moindre mesure, la radio font appel aux sentiments, au ressenti, à l’immédiat, la presse écrite, elle, permet des réflexions plus profondes, des mises en relation plus poussées. Contre les abus de pouvoir, la presse et les médias ont été, pendant de longues décennies, dans le cadre démocratique, un recours des citoyens. Dans ce contexte démocratique la presse à souvent considéré comme un devoir majeur de dénoncer les violations de droits ou encore lorsque les gouvernements conduisent des politiques dont les conséquences se révéleront funestes pour tout un secteur de la société. En théorie donc, la presse est considérée comme le lien de communication majeur permettant aux hommes politiques d’échanger avec les citoyens. Elle prend le rôle de contre-pouvoir puissant protégeant l’intérêt général. Elle permet d’exprimer l’opinion publique tout en fournissant des informations concrètes avec une vérification des sources. Elle constitue un moyen de contestation qui informe l’Etat de certains mécontentements des citoyens.

Mais là n’est que la théorie et qui plus est, on est à Madagascar, là où toutes les théories et autres règles ne servent à rien ou tout au plus restent dans les livres. Ces derniers temps, la presse n’est plus qu’un simple outil de manipulation d’opinion. Une arme entre les mains de ceux et celles que l’on peut considérer comme ayant un pouvoir considérable pour carrément tenir en joug un quatrième pouvoir. D’ailleurs, preuve en est le fait que depuis ces dernières années, les tenants du pouvoir et les opposants se livrent une guerre médiatique sans pareille. D’autre part, la presse sert également de moyen de pression pour les groupes en tout genre. Que ce soit la société politique, économique, ou civile, tous en disposent comme si c’était un accessoire que l’on prend si nécessaire et que l’on range quand il le faut. En parallèle, la presse devait faire face à un autre défi. On pouvait en effet penser qu’avec les moyens de partage contemporains tels qu’Internet, la radio et la télévision, les journaux auraient connu un important déclin et que l’obsession historique du pouvoir pour les journaux papiers se serait réduite. Mais les chroniques de ces dernières semaines témoignent du contraire et relance la vieille question du rapport entre gouvernement et journaux. Comme si le pouvoir avait compris que les télévisions servent à créer un paysage de fond où il est possible d’annuler, de modifier et de reconstruire la réalité. Le quatrième pouvoir devrait se réveiller car au lieu de tenir le premier rôle, elle se contente d’être un simple outil de jardinage servant à façonner le paysage au gré du pouvoir. C’est maintenant l’arroseur arrosé.

Ny Aina Rahaga

image

Misalovana ny andraikitry ny hafa

Anisan’ny fositra tsy mampandroso ny firenena ny fisian’ny sokajin’olona misalovana ny andraikitry ny hafa. Hita misongadina izany eo amin’ny sehatra rehetra. Ny fampahalalam-baovao no anisan’ny lasibatra voalohany amin’izany. Te ho

Lire la suite

image

Mais avant tout ça ?

La découverte d'un nouveau système planétaire par la Nasa fascine le monde scientifique. Sept exoplanètes de taille comparable à la Terre tournent autour d'une petite étoile à près de 40

Lire la suite

image

Fanafihana tao Antanety - Vely famaky no nahazo ilay renim-pianakaviana

Nisehoana fanafihana mahatsiravina tao amin’ny fokontany Antanety ao amin’ny kaominina Ampanotokana ny talata lasa teo. Renim-pianakaviana no nokapain’ireo jiolahy ny famaky.  Toerana anisan’ny anjakan’ny vono olona sy vaky trano raha iny

Lire la suite

ombre