Vous êtes ici :

Vendredi 14 Décembre 2018

ombre

Reprise économique – Freinée par la faiblesse du crédit à l’économie

D’après la dernière publication de la Banque centrale de Madagascar, au cours des neuf premiers mois de l’année 2016, les activités économiques nationales ont encore montré des évolutions mitigées et ce, malgré les mesures de réforme engagées par les autorités gouvernementales pour doper la croissance. Après le retour à la stabilité politique, les financements extérieurs commencent à se rétablir mais leur volume reste encore insuffisant face aux besoins réels exprimés par les programmes de relance économique. Certes, quelques catégories d’activité ont amorcé leur dynamisme grâce au soutien de la demande extérieure.

Toutefois, la reprise globale des activités tant attendue ne se concrétise pas encore en raison d’un manque de visibilité entravant l’amélioration du climat des affaires.

Au cours de la période considérée, la conjoncture économique mondiale a beaucoup influé sur l’économie nationale en raison de sa vulnérabilité tant aux chocs extérieurs qu’à ceux intérieurs. Alors que l’économie mondiale poursuit sa trajectoire de croissance modérée, le redressement de la situation économique du pays patinait dans l’ensemble, même si certains secteurs commencent à bénéficier des effets de la reprise à l’extérieur.

Sur le plan extérieur, en effet, les cours des produits de base ont été globalement stables sur la période examinée. Cette situation peut profiter aussi bien du côté des pays développés, qui entament le redressement progressif de leur économie, que de celui des pays émergents pouvant ainsi atténuer les impacts négatifs de la chute des prix des matières premières.

L’économie nationale évolue donc sous l’influence des facteurs exogènes tels que la reprise modérée de l’économie mondiale et le retour progressif des financements extérieurs et des facteurs endogènes comme la persistance de la morosité.

Demande extérieure

Au cours des neuf premiers mois de 2016, la demande extérieure adressée au pays s’est ralentie en raison des risques baissiers qui perturbent la véritable reprise internationale. En effet, les carnets de commande reçus de l’extérieur a, au cours de la période examinée, diminué de 2,1% contre une hausse de 4% en 2015. Ce ralentissement des activités tournées vers l’extérieur a aussi été aperçu au niveau des importations globales lesquelles ont légèrement fléchi de -1,3%, après -3,3% en 2015.

La décélération des importations de riz a continué sa trajectoire de baisse mais de moindre ampleur (-26,8%, après -40% en 2015), témoignant d’une solidité de la consommation domestique.

Pareillement, les indicateurs de croissance ont montré que la consommation domestique a repris du dynamisme, malgré le manque de visibilité dans le milieu des affaires. Dans le secteur de l’énergie, la consommation nationale a maintenu sa tendance positive (+8,%, après +1% en 2015). L’amélioration de la consommation d’énergie a également été perçue au niveau de l’électricité aussi bien pour les ménages (+5,9%, contre -7,9% en 2015) que pour les entreprises industrielles et de services (+11,1%, contre -10,7% en 2015). En outre, la consommation nationale en matière d’eau courante a affiché une évolution mitigée. La consommation d’eau potable par les ménages a continué sa forte régression (-44,1%, après -8,5% en 2015) alors que celle des entreprises industrielles et de services a bondi de façon significative (+176,6%, contre -11,8% en 2015). Par ailleurs, en termes financiers, la solidité de la consommation des ménages a été soutenue simultanément par la performance continue des concours bancaires et la baisse des prix. En glissement annuel, les crédits octroyés aux ménages a, au cours de la période sous revue, poursuivi son évolution positive tant pour les crédits à court terme (+7,9%, après +16,9% en 2015) que notamment pour les crédits à moyen et long terme (+15,1%, après +18,9% en 2015).

La bonne tenue de la consommation des ménages a aussi été favorisée par la baisse de l’inflation globale (+6,7%, après +7,6% en 2015).

Demande d’investissement

En ce qui concerne la demande d’investissement, l’évolution des activités a montré une tendance encore contrastée. Au cours de la période examinée, le retour progressif des capitaux est témoigné par le niveau quasiment stable des flux nets d’IDE (+57,7%, après +57,1% en 2015). En outre, le nombre total d’entreprises créées au niveau de l’investissement domestique a chuté (-34,7%, contre +1,9% en 2015), exprimant la fragilité de la confiance des opérateurs économiques.

Sur le plan financier, le recul de la création d’entreprises s’est confirmé par le ralentissement de financement par le système bancaire. En effet, en glissement annuel de la période considérée, la masse des crédits sur l’économie a fléchi de presque la moitié, soit 9,7% en 2016, après 15% en 2015.

Ce fléchissement a été attribuable à la baisse notable des crédits à moyen et long terme octroyés aux entreprises publiques (-71,4%, contre +91,5% en 2015).

Sur le plan social, le nombre des travailleurs enregistrés auprès de la Cnaps s’est inscrit en hausse et ce, en contraste avec la baisse de la création d’entreprises. Sur la période étudiée, la distorsion entre les évolutions de ces deux indicateurs a entraîné une décélération du rythme de croissance du nombre des travailleurs reconnus par la Cnaps (+5,9%, après +10,5% en 2015).

Face au retour graduel des financements extérieurs, les autorités compétentes ont décidé de mettre en œuvre les programmes de réforme, soutenus par ces ressources extérieures, afin de relancer vigoureusement l’économie nationale. Néanmoins, les indicateurs de l’évolution sectorielle ont montré que ces programmes de relance économique n’ont pas été suffisamment mis en œuvre impliquant une évolution mitigée des activités sectorielles.

Recueillis par Razafy

image

Misalovana ny andraikitry ny hafa

Anisan’ny fositra tsy mampandroso ny firenena ny fisian’ny sokajin’olona misalovana ny andraikitry ny hafa. Hita misongadina izany eo amin’ny sehatra rehetra. Ny fampahalalam-baovao no anisan’ny lasibatra voalohany amin’izany. Te ho

Lire la suite

image

Mais avant tout ça ?

La découverte d'un nouveau système planétaire par la Nasa fascine le monde scientifique. Sept exoplanètes de taille comparable à la Terre tournent autour d'une petite étoile à près de 40

Lire la suite

image

Fanafihana tao Antanety - Vely famaky no nahazo ilay renim-pianakaviana

Nisehoana fanafihana mahatsiravina tao amin’ny fokontany Antanety ao amin’ny kaominina Ampanotokana ny talata lasa teo. Renim-pianakaviana no nokapain’ireo jiolahy ny famaky.  Toerana anisan’ny anjakan’ny vono olona sy vaky trano raha iny

Lire la suite

ombre